CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Juin 01

L’amour ne passera jamais

Lectures du mercredi 2 juin 2021

«À cet instant précis, la prière de l’un et de l’autre fut portée en présence de la gloire de Dieu où elle fut entendue.»
(Tb 3, 16)

Les sadducéens constituaient, parmi les Juifs, une secte qui refusait de croire en la résurrection des morts. Ils essayent d’embarrasser Jésus en racontant l’histoire absurde d’une femme qui aurait épousé successivement sept hommes d’une même famille. A la résurrection des morts, duquel des sept serait-elle la femme ? Jésus va leur dire qu’ils commettent une double erreur.

  1. La mort ne détruit pas l’être humain car il a une âme immortelle destinée à vivre éternellement. Jésus en donne la preuve par les saintes Écritures. En apparaissant à Moïse dans le buisson ardent, Dieu lui dit : « Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob » (Ex 3, 6). Or dit Jésus, il n’est pas le Dieu des morts mais des vivants. Voilà pour l’immortalité de l’âme !
  2. Quant à la résurrection des corps à la fin des temps, elle entraînera un nouveau genre de vie : l’être humain sera spiritualisé. Il deviendra « comme les anges dans les cieux » (Mc 12, 25). Il n’y aura donc plus rien de charnel et l’état de mariage n’existera plus. Seul subsistera un amour spirituel, que les théologiens appellent l’état de gloire !

Cet enseignement de Jésus nous fait comprendre deux vérités très importantes. D’abord, dans l’amour humain, ce n’est pas l’élément charnel qui doit dominer. Seul, l’amour spirituel unissant deux êtres humains demeurera éternellement.

Deuxièmement, nous devons avoir foi en la toute-puissance de Dieu qui redonnera la vie à notre corps en le réunissant de nouveau à notre âme à la dernière heure. Quelle espérance dans ces derniers mots de notre Credo : « Je crois à la résurrection de la chair, à la vie éternelle ! » Et quelle joie de proclamer tous ensemble chaque dimanche.

Tb 3, 1-11.16-17a / Mc 12, 18-27