CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Fév 11

Embrasser Jésus lui-même qui s’identifie au rebut de l’humanité

Lectures du Dimanche 11 février 2024

Pour les lectures du jour, consultez AELF – 11 Février 2024.

Imitez-moi, comme moi aussi j’imite le Christ. (1 Co 10, 31 – 11, 1)

Jésus guérit un lépreux

Depuis quelques dimanches, les évangiles nous parlent des miracles accomplis par Jésus durant son ministère en Galilée. Aujourd’hui, c’est un lépreux qui s’adresse à lui et le supplie : « Si tu le veux, tu peux me purifier! » Le Seigneur, apitoyé par lui, le guérit. Puis, il lui défend de divulguer le miracle; mais, tout à la joie de se voir libéré de son mal, le miraculé s’empresse de proclamer partout sa guérison, ce qui semble gêner l’action de Jésus. Il doit, en effet, se retirer à l’écart des villes et villages.

À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit ici d’un fait divers sans grande importance. En réalité, cette guérison a une signification profonde, car elle est faite en faveur d’un lépreux. Pour comprendre la portée, il faut se rappeler que, chez les Juifs, les lépreux étaient considérés comme impurs, punis en raison de leurs péchés.

La lèpre était pour les Juïfs le signe caractéristique de l’infidélité à Dieu, le signe du péché et de son châtiment.

La première lecture nous a parlé des conséquences qui s’en suivaient pour le malheureux atteint de ce mal. Il devait se présenter au prêtre et était déclaré officiellement impur. Il était en quelque sorte excommunié de la communauté et devait se tenir à l’écart des gens, porter des habits spéciaux et signifier sa présence à quiconque s’approchait, en criant « impur, impur. »

Pour les Juifs, seul Dieu et son Messie pouvaient guérir de la lèpre, car Dieu seul peut remettre les péchés. Si donc Jésus guérit un lépreux, c’est qu’il est le Messie.

D’ailleurs, lorsque Jean Baptiste envoie de sa prison des messagers à Jésus pour lui demander s’il est vraiment le Messie qui doit venir, Jésus se contente de répondre: « Allez dire à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés », toutes choses que les prophètes avaient attribuées au futur Messie.

Dieu seul peut remettre les péchés

Le miracle qui vient de nous être raconté est donc le signe que les temps messianiques sont arrivés, temps de grâce et de salut. Et Jésus envoie le lépreux purifié au prêtre pour que ce dernier constate sa guérison, lève l’excommunication et le réintègre dans la communauté. Le lépreux offrira ensuite les sacrifices prescrits par la Loi, entre autre l’offrande d’un agneau pour ses péchés.

Ainsi donc, en s’attaquant avec efficacité à ce qui était alors le type même de la déchéance humaine – la lèpre – Jésus manifeste le pourquoi de sa venue:

Jésus est venu pour purifier l’homme tout entier et lui donner une nouvelle chance de vie.

Il est l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Dimanche prochain, l’évangile nous racontera la scène où, précisément, Jésus dira à un paralytique: « Tes péchés te sont pardonnés. »

Quelle leçon allons-nous tirer de ce récit?

À l’exemple du lépreux de l’évangile, approchons-nous aussi de Jésus et demandons-lui de nous purifier. Nous pouvons le faire par la prière, les sacrements, la messe du dimanche. Oui, lorsque nous célébrons l’Eucharistie, le Christ nous guérit par sa Parole, il nous invite à participer à son sacrifice pascal où, en s’offrant lui-même, il opère notre rédemption et nous réintègre dans la communauté des Saints.

Nous serons alors amenés à célébrer le Jour du Seigneur dans la joie et l’action de grâce: action de grâce que nous aimerons prolonger durant la semaine, non pas tant en paroles mais en actes: en vivant comme des purifiés, en imitant celui qui nous a sauvés et en devenant nous-mêmes des artisans de pardon en ayant un cœur pour le prochain, selon la parole du Christ:

Ce que vous aurez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’aurez fait (Mt 25,40).

« Mon modèle à moi, c’est le Christ! »

Vous vous rappelez peut-être le moment précis où François d’Assise eut le sentiment profond de la présence du Christ. Il chevauchait sur un chemin désert lorsque soudain son cheval se cabra. Il aperçut alors dans la poussière une masse difforme: c’était un lépreux. François quitte sa monture et va se jeter au cou du malheureux. C’est fait: pour toujours il a embrassé Jésus lui-même qui s’identifie au rebut de l’humanité.

Nous sommes appelés à notre tour à toucher, c’est-à-dire à côtoyer, à vivre avec des lépreux de toutes catégories, de toutes les déchéances physiques ou morales. Quelle est ou quelle sera notre attitude envers ces déshérités?

Toute à l’heure, dans la deuxième lecture, saint Paul affirmait: Mon modèle à moi, c’est le Christ! Puissions-nous faire nôtres ces paroles de l’apôtre et accomplir toutes choses à la gloire de Dieu! Amen.

Référence biblique

  • Lv 13, 1-2.45-46
  • 1 Co 10, 31 – 11, 1
  • Mc 1, 40-45