CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Fév 10

Un pain offert à tous

Pour les lectures du jour, consultez AELF – 10 février 2024.

 

Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent; et ils les distribuèrent à la foule. (Mc 8, 6)

Avec cette deuxième multiplication des pains, Jésus propose à une multitude de païens un banquet comparable à celui dont ont bénéficié les Juifs, la première fois (cf. Mc 6, 34-44). Il est dit qu’ils sont venus de loin, les païens étant loin de Dieu.

Jésus prend l’initiative de nourrir cette foule qui le suit depuis trois jours. Le bon Pasteur est soucieux de nourrir ceux qui lui accordent leur foi, peu importe qu’ils soient Juifs ou païens. La différence dans le nombre de corbeilles disponibles est significative: douze pour le peuple d’Israël, en rapport avec ses douze tribus et sept pour les païens, en raison des sept cités gouvernées par sept sages en Grèce.

Jésus propose une nourriture à tous les peuples de la terre.

Dans cette scène, on reconnaît les quatre gestes du rite eucharistique à la Cène. Jésus prend les pains en signe de partage. Marc utilise des poissons, la viande des pauvres. Les disciples auront la mission de distribuer le pain et l’Eucharistie à tous les peuples.

Jésus ouvre le banquet messianique aux étrangers du peuple élu.

Dieu accueille dans le Royaume tous ceux qui se mettent à suivre Jésus dans la foi. Il comble la faim de tous les êtres humains sans distinction. Pour Jésus, tous les êtres humains sont égaux et ils ont droit au salut de Dieu qui est donné à tous les peuples par Jésus, avec la collaboration des disciples.

Par ses gestes en territoire païen, Jésus initie la mission auprès des païens, qu’il confie aux disciples et aux premiers chrétiens. Le pain de l’Eucharistie sera distribué à tous les peuples. Jésus est une nourriture pour tous les peuples.

1 R 12, 26-32 ; 13, 33-34 / Mc 8, 1-10