CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Avr 16

Le maître de la vie mourut ; vivant il règne !

Lectures du dimanche 17 avril 2022

«C’est alors qu’entra l’autre disciple (…). Il vit, et il crut.» (Jn 20, 8)

Notre foi en la résurrection du Christ, que nous célébrons aujourd’hui, constitue la raison d’être et le cœur sur lesquels s’appuie toute notre espérance chrétienne. Or, certains de nos contemporains remettent en cause la crédibilité de cet espoir, qu’ils réduisent à une vaine théorie pour apaiser notre peur de la mort. Face à de telles critiques, il nous importe donc, non pas de prouver notre foi – qui par définition cesserait d’être foi – mais d’en démontrer le caractère raisonnable

Cette notion de résurrection semble déjà moins saugrenue, si nous réalisons que nous faisons chaque année l’expérience immédiate de tels phénomènes dans la nature. En effet, le morne et froid hiver cède systématiquement sa place aux délicieux parfums des fleurs, aux chants des oiseaux, aux vives couleurs de fruits et légumes, à la douce chaleur des rayons du soleil… Sagement, les hommes de tout temps ont considéré la nature comme un témoin de la présence et de l’action de Dieu dans notre monde. Que Pâques soit toujours célébrée lors du premier dimanche après la lune de printemps, nous aide à lier ce renouveau printanier de la nature, à celui qui s’opère dans notre cœur. Ainsi, la contemplation de la création consolide notre foi en la résurrection du Christ.

Certes, la vie qui surgit au printemps, mourra à nouveau, une fois l’automne venu. De même, nous traverserons encore des épreuves qui pourraient nous pousser au désespoir. Cependant derrière ce renouvellement de la vie au printemps, se devine, la promesse d’une vie qui ne mourra pas, la promesse d’un printemps et d’une Pâques éternels, dont nous faisons l’expérience dans notre quotidien par la fréquentation régulière des sacrements. L’Eucharistie est participation à la résurrection du Christ, à la vie par excellence qui nous permet de surmonter nos difficultés du moment. Ainsi nous témoignons effectivement que notre foi en la résurrection n’est pas illusoire, mais qu’au contraire, elle vivifie déjà notre propre vie !

Ac 10, 34a.37-43 / Col 3, 1-4 ou 1 Co 5,6b-8 / Jn 20, 1-9