CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Mai 05

La conversion de Damas

Lectures du vendredi 6 mai 2022

«Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.» (Jn 6, 54-55)

Le récit des Actes dans la première lecture aujourd’hui nous raconte la conversion de Saul, le futur Paul. Au début du passage, Saul est rempli de zèle et d’ardeur pour le Dieu de ses ancêtres. Sa lecture assidue de la Torah explique «la rage meurtrière qui l’anime» (Ac 9, 1) contre cette secte chrétienne qui élève la gloire d’un certain Jésus de Nazareth au-dessus de celle de Moïse. Alors qu’il mène les persécutions à l’encontre de ces blasphémateurs, le Dieu de Jésus-Christ, également celui de Moïse, fait vivre à Saul une conversion radicale : Saul le persécuteur (v. 1-2) deviendra Paul le martyr (v. 16) ; de Juif convaincu, il se fait l’Apôtre des Gentils (v. 15) ; alors aveuglé par son zèle (v. 8), l’Esprit Saint lui rendra la vue (v. 17-18).

Comment rendre compte d’un tel changement ? La seule réponse est une rencontre inattendue, celle avec le Christ ressuscité, sur le chemin de Damas. Découvrant la Vie révélée en Jésus, Saul a plongé dans la mort pour revivre en plénitude la résurrection du Christ. En effet, l’expérience de conversion vécue par Paul ressemble à celle du Christ passant de la mort à la vie.

Frappé par la vision du Christ, Paul en reste comme mort : pendant trois jours, il est aveugle et ne prend aucune nourriture. Quand Ananie lui impose les mains, il retrouve la vue et reçoit le baptême, il est éclairé par l’Esprit Saint. Ensuite, de cette expérience naît un homme nouveau, un disciple du Christ. Cette conversion est donc le récit d’une renaissance d’une résurrection. Pour parvenir au salut, pour parvenir à la Vie, il faut se laisser rejoindre par le Christ et s’attacher à lui !

L’évangile d’aujourd’hui nous rappelle l’invitation de Jésus de communier à son Corps et à son Sang. Pour demeurer en lui, un geste simple nous est proposé. Faisons de lui notre nourriture quotidienne, et nous pourrons, comme l’Apôtre, nous laisser guider jour après jour par les inspirations de l’Esprit.

Ac 9, 1-20 / Jn 6, 52-59