CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Juil 14

Mon fardeau léger

Lectures du jeudi 15 juillet 2021

«Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.» (Mt 11, 29-30)

Le repos, Jésus le procure, et il nous invite à le trouver. Se reposer, se poser autrement, se poser de nouveau ! Le fardeau, le joug, cela pèse ! Si on fait confiance à la parole de Jésus, la pesée est légère, et on trouve le repos. Se soumettre humblement à Dieu, comme Jésus, doux et humble de cœur, et aimer ses frères comme Jésus aime, voilà le fardeau léger du chrétien.

Si on cherchait dans l’Écriture une “définition de Dieu”, les deux lectures de ce jour se compléteraient bien. Dans l’Exode, Dieu se présente comme
«JE-SUIS» (Ex 3, 14), comme le Seigneur, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob qui va délivrer son peuple de l’esclavage et lui donner une terre. Dieu est enveloppé de mystère et, en même temps, d’une extraordinaire puissance. C’est le Dieu tout-puissant et libérateur.

La lecture évangélique donne une tout autre image de Dieu. Doux et humble, Jésus se présente comme celui qui procure le repos et qui libère. La notion de liberté se retrouve dans les deux cas. Dans l’Exode, elle est sous le signe de la force, alors que dans l’évangile, elle est sous le signe de la douceur et de l’humilité. On pourrait se demander: qui donc est le vrai Dieu ?

Or, nous le savons bien, la “définition” qui nous est donnée de Dieu dans ces deux livres est fortement liée à la compréhension qu’en a eu le croyant de l’époque. Pour l’Hébreu prisonnier en Egypte, Dieu est forcément attendu comme un libérateur qui déploie toute sa force.

Progressivement, tout au long des siècles, cette vision de Dieu s’est épurée si bien qu’en Jésus, le croyant, la croyante peut désormais reconnaître la bonté de Dieu, sa douceur et son incroyable humilité. Mais ce que l’histoire nous présente comme le cheminement de l’humanité, nous le vivons aussi dans notre propre vie.
Tantôt Dieu sera le Tout-Puissant qui nous délivre, tantôt le doux, le tendre qui nous offre des aires de repos comme un bon berger. Cependant, ce qui demeure, c’est qu’aller vers lui, c’est toujours aller vers la libération.

Ex 3, 13-20 / Mt 11, 28-30