CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Juin 23
La Nativité de Saint Jean-Baptiste

La Nativité de Saint Jean-Baptiste

« Son nom est Jean. » (Lc 1, 57-66.80)

Pour les lectures du jour, consultez AELF – 24 juin 2024.

Nous fêtons aujourd’hui la Nativité de Saint Jean-Baptiste, qui avec Jésus et Marie, est le seul Saint dont on fête également la naissance. Ce fait montrerait à lui seul l’originalité de la vie, de la personne et du destin de Saint Jean-Baptiste selon le cœur de Dieu.

L’évangile nous informe sur une petite controverse à propos du nom à donner à Jean-Baptiste. D’un côté les voisins, tenant à la tradition, voulaient que le fils porte le nom de son père, d’autant plus que ce fils avait été longtemps attendu. Toutefois, Elisabeth et Zacharie étaient d’accord pour lui donner le nom de Jean qui signifie la “grâce de Dieu”.

Saint Antoine de Padoue commentant ce passage nous dit:

« Ceux qui appellent l’enfant du nom de leur père représentent ceux qui, alors que le Seigneur révèle les nouveaux dons de la grâce, préféreraient qu’il prêche plutôt les ordonnances coutumières du sacerdoce ancien. Ils veulent imposer le nom du père, parce qu’ils veulent recevoir la justice qui vient de la loi, plutôt que la grâce qui vient de la foi. »

La précision est intéressante, car elle montre qu’il faut souvent dépasser la tradition pour atteindre le niveau de la grâce.

Le nom de Zacharie rappelle pourtant le prophète qui a porté ce nom et qui a annoncé clairement le sens de l’entrée de Jésus à Jérusalem en montant humblement sur son âne. Mais revenir à ce nom, c’est un retour en arrière, une fixation sur le sacerdoce ancien et l’observance de la loi.

Au moment de la naissance de Jean-Baptiste, il était important de se tourner vers l’avenir, c’est-à-dire le don de la grâce.

Par Jean, le futur baptiste du Christ, c’est la grâce divine qui se manifeste puisqu’il sera appelé à désigner le messie, à le baptiser, à appeler les foules à le suivre alors que lui doit s’effacer. Les parents de Jean-Baptiste sont encore du monde ancien de la loi, mais accueillant leur enfant, ils entrent déjà dans le monde nouveau de la grâce.

Is 49, 1-6 / Ac 13, 22-26 / Lc 1, 57-66.80