CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Déc 28

La présentation de Jésus au temple

Lectures du mercredi 29 décembre 2021

«Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël.» (Lc 2, 30-32)

En ce cinquième jour de l’octave de Noël, la liturgie nous fait revivre un événement qui s’est passé en réalité quarante jours après la naissance de Jésus : sa présentation au Temple de Jérusalem. Dans la méditation du Rosaire, cette présentation fait partie des mystères joyeux : elle s’inscrit donc bien dans le sillage de la joie de Noël. Cependant, le récit de saint Luc nous laisse aussi entrevoir un aspect douloureux.

Arrêtons nous premièrement sur l’aspect Joyeux de la Présentation, qu’exprime le vieillard Syméon en prenant dans ses bras l’enfant Jésus. Cette joie se manifeste tout d’abord dans son cantique d’action de grâce «Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix!» (Lc 2, 29). Elle trouve aussi un écho en Marie et de Joseph, qui entendent Siméon proclamer la divinité de Jésus. En effet, les trois mots qu’il emploie à son égard : «Salut», «lumière» et «gloire» (Lc 2,30.32) désignent des attributs ne concernant que Dieu.

Toutefois, cet épisode comporte aussi un aspect douloureux, lorsque Siméon prophétise que Jésus accomplira son rôle de Sauveur par la souffrance : «Il sera un signe de contradiction !» Il prédit aussi à la Vierge Marie qu’elle sera étroitement associée à l’œuvre rédemptrice de son Fils par sa douleur : «et toi, ton âme sera traversée d’un glaive» (Lc 2, 34-35).

Ne devons-nous pas découvrir dans la célébration de l’Eucharistie le double aspect joyeux et douloureux du mystère de la Présentation ? Comme le vieillard Siméon, nous avons la joie de recevoir Jésus non seulement dans nos mains, mais aussi dans notre cœur. Néanmoins, n’oublions pas que la messe est aussi et principalement la continuation et la reproduction, non sanglante il est vrai du sacrifice de la Croix. A l’exemple de la Sainte Vierge, acceptons de collaborer par la souffrance, si tel doit en être le cas, à l’œuvre rédemptrice du Christ. Alors, comme elle, nous participerons un jour à sa Résurrection et à sa gloire.

1 Jn 2, 3-11 / Lc 2, 22-35