CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Sep 27

À force d’amour

Lectures du mardi 28 septembre 2021

«Allons apaiser la face du Seigneur, allons chercher le Seigneur de l’univers ! Quant à moi, j’y vais.» (Za 8, 21)

Le prophète Zacharie rêve du jour où toutes les nations se rassembleront à Jérusalem. Il faut dire qu’à son époque, la ville sainte traverse des jours sombres. Depuis le retour des exilés en provenance de Babylone, elle tarde à retrouver son lustre d’antan. Homme de Dieu, Zacharie encourage la population au bord du désespoir. Aujourd’hui, le rêve du prophète rejoint celui de la planète entière qui se soucie tout autant que lui de l’avenir de Jérusalem.

Parce qu’il fait route vers Jérusalem, Jésus a des ennuis aux abords d’un village de Samarie. L’attitude des villageois leur vaudrait bien un sort semblable à celui que le prophète Elie avait fait subir autrefois aux prophètes de Baal (cf. 1 R 18, 40). C’est du moins ce que semblent souhaiter les disciples. Or, ils vont apprendre que Jésus ne s’impose pas par la force : il préfère transformer les cœurs patiemment, mais radicalement. Il gardera cette approche jusqu’au dernier moment, même pendu à la croix.

La vie de baptisés suppose des choix, des décisions qui, parfois, dérangent, soulèvent des questions ou de l’opposition. Les obstacles et les critiques nous rappellent le chemin parcouru par Jésus de la Galilée à Jérusalem. Avec lui, nous sommes appelés à nous tourner vers Dieu et à nous laisser entraîner chaque jour de la mort à la vie.

Za 8, 20-23 / Lc 9, 51-56