CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Déc 25

La première place au Verbe

«Au moment d’introduire le Premier-né dans le monde à venir, il dit : Que se prosternent devant lui tous les anges de Dieu.» (He 1, 6)

L’évangile de ce jour, peut nous paraître quelque peu aride et abstrait en comparaison du récit riche en image et en détails de la naissance du Christ à Bethléem que nous avons proclamé la nuit passée, à la messe de minuit. L’étoile, les anges et les bergers, le bœuf et l’âne, Marie, joseph et l’enfant Jésus allongé sur la paille, c’est cela Noël. Telles sont les images que nous avons en tête quand nous pensons à Noël.

Certains d’entre vous sont peut-être même quelque peu déçus, l’évangile de Jean sonnant comme trop philosophique à leurs oreilles. Que peut bien signifier, en ces jours de fêtes et de joie, cet évangile qui parle de Parole, de vie, de lumière, de ténèbres et de chair ?

Pourtant, au centre de ce récit, se trouve le Verbe de Dieu, qui en Jésus Christ s’est fait chair, s’est incarné. «Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.» (Jn 1, 1) Libérer son regard de tout ce qui l’accapare pour se recentrer sur l’essentiel de notre foi et de notre vie, voilà ce que nous propose la liturgie en ce jour de la nativité du Christ. Le prologue de l’évangile nous révèle directement et sans détour l’essentiel, le cœur de notre foi. Comme un coup de timbale retentissant au début d’un concert, le message de Jean est on ne peut plus clair : “Celui dont je vais vous parler dans cet évangile, vient de Dieu est semblable à Dieu et est Dieu”.

Ainsi, au Christ seul revient véritablement la place centrale, la première place dans nos prières, dans nos célébrations et dans nos églises. Jésus est le centre de nos cathédrales, de nos églises et de nos chapelles. Cependant, avant tout, nous devons lui donner la première place dans nos cœurs et dans notre vie. Tel est la Bonne Nouvelle de l’évangile de ce jour.

Messe du jour : Is 52, 7-10 / He 1, 1-6 / Jn 1, 1-18