CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Mai 20
Leçon d'humilité: dominer ou servir?

Leçon d’humilité: dominer ou servir?

«Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit: « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. »» (Mc 9, 36-37)

Pour les lectures du jour, consultez AELF – 21 mai 2024.

Dominer ou servir? Telle est l’alternative qui se dégage des lectures d’aujourd’hui. C’est un choix important, puisque notre vie quotidienne peut en dépendre en bien ou en mal.

Mise en garde de Saint-Jacques

Saint-Jacques nous met en garde contre la jalousie, les rivalités et la course aux premières places, car elles sont sources de discordes entre les hommes et mettent en péril notre vie chrétienne.

Pour illustrer son propos, il parle des dissensions et des rivalités qui existaient alors entre les chrétiens de sa communauté, certains utilisant tous les moyens pour écraser les autres. Une telle attitude conduit immanquablement à des conflits et à l’éloignement de Dieu.

Leçon d’humilité de l’Évangile

En même temps, la lecture de l’Évangile nous donne avant tout une leçon d’humilité et d’esprit de service. Le contexte est assez tragique: alors que Jésus annonce sa Passion pour le Salut du monde, ses disciples se disputent pour savoir lequel d’entre eux est le plus grand.

Ils rêvent encore d’un royaume terrestre et d’un avancement qui leur vaudrait prestige et pouvoir. N’est-ce pas là un bien triste tableau, que nous devons prendre comme une sérieuse mise en garde?

Servir, non dominer

Jésus nous enseigne que nous sommes tous enfants d’un même Dieu et Père, pour lequel nous avons chacun notre rôle à jouer: celui de servir, non de dominer.

Pour illustrer ces paroles, Jésus accomplit un geste significatif: il prend un enfant – symbole de la faiblesse – et il l’embrasse.

Puis, il s’explique: celui qui manifeste son intérêt pour les faibles, les petits, les pauvres, ceux qui ne comptent pour rien… eh bien! c’est le Christ en personne qu’il accueille et par lui, Dieu le Père.

Références bibliques

Jc 4, 1-10 / Mc 9, 30-37