CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Sep 05

Vivre le bien ou le mal

Lectures du lundi 6 septembre 2021

«Je combats pour que leurs cœurs soient remplis de courage et pour que, rassemblés dans l’amour, ils accèdent à la plénitude de l’intelligence dans toute sa richesse, et à la vraie connaissance du mystère de Dieu. Ce mystère, c’est le Christ, en qui se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance.» (Col 1, 2-3)

Il y a des valeurs plus importantes que le sabbat. Aimer est une valeur plus forte et plus importante. Des mains sont paralysées, mais aussi des consciences, des pensées. Elles peuvent redevenir normales grâce à Jésus qui nous fait comprendre que la loi est pour l’homme et non l’homme pour la loi. Derrière le mur des lois et des pratiques, il y a la vie. Il y a des vies humaines qui comptent plus que tout. Le sabbat ne peut paralyser notre conscience.

Jésus emploie une expression que nous connaissons bien, mais que nous n’utilisons pratiquement plus parce qu’elle nous semble plutôt moralisante : «faire le bien» et «faire le mal» (Lc 6, 9). Dans la bouche de Jésus, cependant, elle prend une force inégalée.

Pour lui, “faire le bien” équivaut à sauver une vie et “faire le mal” c’est la perdre. Jamais pour nous la question du bien et du mal ne s’est jouée en termes de vie et de mort. Et pourtant, Jésus n’a-t-il pas raison ? Nous pensons trop souvent que la seule vie que nous ayons, c’est la vie de notre corps, et nous voyons mal comment faire le bien ou faire le mal puisse avoir une incidence sur notre vie physique. Mais la parole de Jésus nous le rappelle : nous sommes vivants d’une autre vie qui, même si elle n’a pas d’apparence physique, est tout aussi réelle.

Col 1, 24 – 2, 4 / Lc 6, 6-11