CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Août 16

La puissance dans la faiblesse

Lectures du mardi 17 août 2021

«“Qui donc peut être sauvé ?” Jésus posa sur eux son regard et dit : “Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible.”» (Mt 19, 25-26)

«Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux.» (Mt 19, 23) Cette phrase de l’évangile a de quoi déconcerter ! La liturgie d’aujourd’hui nous rappelle que la bonté de Dieu dépasse notre entendement C’est Dieu seul qui peut nous sauver, malgré nos richesses et nos pauvretés !

Ainsi, les lectures de ce jour mettent en évidence la puissance de Dieu qui se manifeste à travers la faiblesse humaine. Comme le reste d’Israël, Gédéon vit opprimé par un peuple ennemi. Laissé à ses propres forces en raison de ses infidélités, Israël connaît la pauvreté et la misère. Mais voilà que le Seigneur se manifeste à Gédéon et lui confie la mission de libérer son peuple. Qui est Gédéon pour être ainsi choisi par Dieu ? Il est un travailleur qui essaie de soustraire le blé au pillage de l’ennemi. Il est le plus petit dans la maison de son père, et il fait partie du clan le plus faible dans la tribu de Manassé.

À cet homme Dieu dit : «Avec la force qui est en toi, va sauver Israël du pouvoir de Madiane. N’est-ce pas moi qui t’envoie?» (Jg 6, 14) Gédéon est conscient de sa faiblesse, mais devant le signe que le Seigneur lui donne pour authentifier sa mission, il sait que la force et la paix du Seigneur seront avec lui. Dieu choisit ce qui est faible pour sauver son peuple.

Dans l’évangile, Jésus répète, suite au départ du jeune homme riche, la difficulté pour un riche d’entrer dans son Royaume. En effet, les hommes ne peuvent pas se donner à eux-mêmes le salut ; Dieu seul peut les sauver. Le détachement, l’ouverture d’esprit et de cœur, la marche à la suite du Christ et la disponibilité sont nécessaires à l’accueil du Salut. Comme les saints, accueillons le Christ et laissons-nous conduire par lui.

Jg 6, 11-24a / Mt 19, 23-30