CHAQUE JOUR LA PAROLE DE DIEU
Fév 18

Respecter la création, croire en la vie

Lectures du jour

Pour les lectures du jour, consultez AELF – 18 Février 2024.

Ta Parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance. (Mt 4, 4b)

Le récit du déluge: une histoire de peur et d’espérance

La première lecture du 1er dimanche de Carême, c’est le récit du déluge. Parce que les hommes sont mauvais et qu’ils refusent de changer de comportement, Dieu décide alors d’anéantir sa création. Une histoire terrible et tragique qui verbalise une peur humaine profondément ancrée, celle de voir disparaître notre monde, de le voir englouti par des catastrophes naturelles.

Toutefois, malgré ce côté terrible, l’histoire de Noé nous délivre trois enseignements porteurs d’espérance:

1. L’initiative de Noé: il a inséré dans cette arche une fenêtre, une ouverture! C’est par l’ouverture introduite par Noé que la colombe au rameau d’olivier, promesse de vie entre dans l’arche. C’est l’ouverture sur le monde, même dévasté, qui permet d’envisager un avenir et ouvre à l’alliance. Noé, homme d’obéissance d’espérance et de foi, par sa discrète intervention nous invite à oser les initiatives les plus humbles pour ne pas nous voiler la face sur les catastrophes. Il nous invite à pratiquer des ouvertures dans nos arches et à garder les yeux ouverts sur les signes de la nouvelle création.

2. La vie après les catastrophes: le déluge et les catastrophes naturelles ne détruisent pas totalement la vie: Noé et tous les habitants de l’arche sont des rescapés, ils sont les témoins d’une vie nouvelle!

3. Une alliance nouvelle avec Dieu: « Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre, et que l’arc-en-ciel paraîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance avec vous ». À Noé, Dieu donna l’arc-en-ciel comme signe de l’alliance conclue après le déluge.

La croix, signe de l’alliance nouvelle

L’histoire de Noé nous offre aussi une relecture personnelle de notre vie, de notre situation. Toutes et tous, nous traversons des périodes de déluge, de dévastation personnelle et intérieure. Mais, à chacune et chacun, à nous aussi, Dieu offre son alliance et nous invite à porter un regard positif et responsable sur notre vie intérieure; il nous invite à vivre dans l’espérance.

Porter un regard positif sur notre monde nous pousse à reconnaître que la terre sur laquelle nous vivons, malgré ses déserts et ses zones ravagées, est belle et bonne puisque c’est Dieu qui l’a voulue et qu’il en est le créateur. Un regard responsable sur notre monde nous conduit à reconnaître que nous n’en sommes que les fidèles intendants.

Désormais, notre signe signe de l’alliance avec Dieu, c’est la croix plantée dans notre terre, cette croix dont nous avons été marqués au baptême, qu’on trace sur nous à chaque sacrement, dont nous célébrons le Mémorial dans l’Eucharistie.

Références bibliques

Gn 9, 8-15 / 1 P 3, 18-22 / Mc 1, 12-15